Le fort de Montauban

Après le fort de Mévouillon le 27 septembre, nous découvrons aujourd’hui celui de Montauban. Nous aurons ainsi visité les deux sites médiévaux à l’origine du nom donné à notre territoire.

En effet, si Dame Percipia fonda la dynastie des Mévouillon, ses héritiers ne maintinrent pas très longtemps l’unité du territoire et sous le règne de Raymond II (1120-1175) le territoire des Mévouillon est découpé en deux parties. Ainsi naissent « les Baronnies ». La seconde Baronnie établira son siège à Montauban, dans la vallée du Ruègne, à seulement 2 km à vol d’oiseau de la forteresse de Mévouillon mais séparé par une montagne tout de même. Rapidement, les deux Baronnies deviennent rivales, donnant lieu à de nombreux conflits pendant deux siècles parfois apaisés par mariage entre cousins !

Du fort existant au XIIème siècle, construit sur l’éperon rocheux de Ville-Vieille il ne subsiste aujourd’hui que quelques tas de pierres. Mais nos guides, Michèle Bois et Alexandre Vernin, aidés par Matthieu qui en quelques traits a imaginé l’aspect que pouvait avoir la forteresse, ont su par leur passion et leur érudition faire revivre l’espace d’une visite nos lointains ancêtres.

Dessin : Matthieu Morard
Dessin : Matthieu Morard

Après le pique-nique au col de Perty nous partons sur les pentes de la montagne de Chamouse jusqu’au cabanon Laugier. Temps splendide, couleurs d’automne somptueuses… Une journée magnifique.

montauban-13

Le fort de Mévouillon

Dessin : Matthieu Morard
Dessin : Matthieu Morard

Mévouillon est le berceau historique des Baronnies.
Le promontoire rocheux du fort en fait une place forte naturelle occupée depuis la préhistoire.
Autour de l’an mille, Dame Percipia fondera la dynastie des seigneurs de Mévouillon qui se succèderont et domineront la région pendant près de trois siècles.
En 1317, la seigneurie est vendue au Dauphin par son dernier représentant criblé de dettes anciennes. Le fort sera ensuite le théâtre des violences des guerres de religion dans la région.
La paix est revenue mais la monarchie absolue se méfie de ce type de fortifications et Richelieu ordonne une première démolition en 1640, en 1684 l’ensemble du fort sera rasé.

Plan de Mévouillon (17° siècle)
Plan de Mévouillon (17° siècle)


Le Buis préhistorique

Samedi 27 juin

À la découverte du site archéologique de Bas-Guillotte, en plein Buis, à proximité de l’Ouvèze. Le guide nous explique les particularités de ce lieu mis à jour par les frères Catelan en 1911. Enormément de matériel lithique (en pierre) y fut trouvé et cela a permis de mieux connaître le fonctionnement des tribus néanderthaliennes de l’époque. La fin de matinée nous emmène du coté de Cost (en voiture) pour observer un autre site préhistorique intéressant (avec grottes sépulcrales et « cap barré »).

préhisto5

Le site de Cost

Quelques extraits de la sortie et des explications de Pierre André dans cette vidéo :

 

Sortie orchidées 3

Dimanche 31 mai : Alentours du Poët en Percip

Jonathan2  Cycle de sorties « orchidées » : 3ème des 5 excursions en compagnie de Jonathan Mathieu.

En prospectant différents sites intéressants où l’on peut trouver des orchidées sauvages (orchis, ophris, sabots de vénus…), en étalant les sorties sur deux mois et en variant les sites nous découvrons de nombreuses espèces de ces magnifiques fleurs et participons collectivement à un début d’inventaire local.

Sortie orchidées 2

Dimanche 17 mai : Alentours de Montaulieu

Jonathan2
Cycle de sorties « orchidées » : 2ème des 5 excursions en compagnie de Jonathan Mathieu.

En prospectant différents sites intéressants où l’on peut trouver des orchidées sauvages (orchis, ophris, sabots de vénus…), en étalant les sorties sur deux mois et en variant les sites nous découvrons de nombreuses espèces de ces magnifiques fleurs et participons collectivement à un début d’inventaire local.

Sortie orchidées 1

Samedi 2 mai : Alentours de Nyons

Jonathan2  Cycle de sorties « orchidées » : 1ère des 5 excursions en compagnie de Jonathan Mathieu.

En prospectant différents sites intéressants où l’on peut trouver des orchidées sauvages (orchis, ophris, sabots de vénus…), en étalant les sorties sur deux mois et en variant les sites nous découvrons de nombreuses espèces de ces magnifiques fleurs et participons collectivement à un début d’inventaire local.

Usons des plantes : entre les gouttes !

Sortie botanique le dimanche 26 avril.

La sortie PATRIMOINES ! “Usons des plantes” qui avait lieu à la Roche-sur-le-Buis, dans la vallée d’Alauzon, s’est magnifiquement déroulée !

En cette matinée du dimanche 26 avril, notre petit groupe de 7 personnes a eu la chance de passer entre les gouttes possibles en partant à la découverte de la flore de ce petit vallon. Verlaine a su mener le groupe à bon port en distillant son savoir botanique avec passion.

Petite pluie au départ qui ont vite laissé place à un soleil radieux. Les premières orchidées étaient là, les jonquilles et les coucous tapissaient les sous-bois et la bonne humeur au rendez-vous… Petit compte-rendu en image.

Retrouvez les prochaines sorties PATRIMOINES! du printemps 2015 en suivant la rubrique “Actualités”.

La migration au col d’Ey

Sortie ornithologie le dimanche 29 mars

Une matinée en compagnie d’un spécialiste de la migration pour découvrir ce phénomène annuel.  Le col d’Ey est susceptible de voir passer de nombreuses espèces d’oiseaux. Rapaces, passereaux, échassiers, vous pourrez peut être en observer certains ? Des longues-vues seront mises à votre disposition pour l’occasion. Les explications du guide vous permettront de mieux comprendre le phénomène migratoire, les particularités locales, les principes de répartition des espèces et leurs habitudes… Cette matinée d’observation s’achèvera par un déjeuner sur l’herbe.

Migration7
Guide : Sylvère Corre (guide naturaliste pour l’association Yuhina, a travaillé sur de nombreux camps de migration LPO : le Cap Ferret, le col de l’Escrinet).

Migration6Compte-rendu : Nous sommes une petite dizaine au rendez-vous au col d’Ey ce dimanche matin. D’abord, admirer la vue sur la montagne d’Angèle et Miélandre…

Migration5

Puis nous prenons nos postes d’observation pour traquer ces volatiles voyageurs tout en écoutant les explications de Sylvère sur la pratique de l’observation et sur les mœurs des oiseaux. Ce sont essentiellement des passereaux (pinsons, mésanges) qui seront au rendez-vous.

 Migration4
 Si notre attitude peut sembler insolite, il ne s’agit pas d’un salut ni d’un rituel ornithologique. Nous suivons les conseils de Sylvère qui nous enseigne que pour observer les oiseaux il faut aussi les écouter et tenter de capter et d’identifier leur chant.